Nous contacter

 7 rue Pierre Vergniaud

44600 SAINT NAZAIRE

 02 40 22 63 89  -  vg-sn@neuf.fr

Nous visiter

 Ateliers ouverts : lundi, jeudi et samedi de 9h à 12h

Vieux Gréements Saint Nazaire

Dans ce Blog, nous suivons le périple d'Olivier Guillouet depuis son départ d'Arzal vers les Caraïbes et la transat retour via les Açores 

Lire article de son départ le 3 août 2023

Récit détaillé de la première étape de la transat retour de la Guadeloupe aux Açores

02/05/2024

Récit détaillé de la première étape de la transat retour de la Guadeloupe aux Açores

Voilà la première étape de la transat retour d'Olivier Guillouet à bord de son Danton.

Ce post d'Olivier nous décrit, de manière quasi quotidienne, sa navigation, ses contraintes et ses choix. Les photos et le récit sont de son inspiration et nous les publions intégralement.

 

A la fin de l'article une vidéo, publiée par l'un des suiveurs d'Olivier, montre la route parcourue par Danton et la météo qui l'accompagne et le conditionne.

 

Voici le récit d'Olivier :  Transat retour d'Olivier à bord et aux commandes de Danton

 

Les préparatifs de la croisière se situent dans la Marina de Saint François en Guadeloupe du 1 au 3 avril, la marina de Pointe à Pitre n’ayant plus d’eau au ponton depuis plus de 8 jours.  J’avais auparavant profité de quelques jours au mouillage de Saint Louis Marie Galante pour finaliser le carénage de la coque et bien la vérifier suite à ma collision avec une baleine à bosse quelques jours auparavant.  J’avais déjà plongé le soir même sans rien détecter mais là, en regardant bien, je retrouve le support de l’anode avant tribord enfoncé d’au moins 2 cm. La bête a du sentir quelque chose mais rien de grave pour Danton, juste comme un coquard.


Je vérifie aussi le fonctionnement de mon iridium dont le forfait vient juste de démarrer, messagerie et applications météo. Pleins d’eau des cuves, jerricans et réserves en bouteilles. Nourriture en frais, fruits légumes, pain au supermarché et marché local, le gazoil étant déjà fait. Dernière grimpette au mât pour inspection.

 

Trinquette à poste, calages divers, verrouillage de la baille à mouillage et couchette de navigation réinstallée, me voilà prêt le 2 au soir. Une bonne nuit par-dessus et me voilà appareillant vers 9h10 local, soit 13h UTC et 15h heure française. 


Je sors de la passe peu profonde et pas large du tout avec son récif de corail et ses quelques balises. Le moteur à 1800 trs j’avance péniblement à 3 nds contre le vent.  Les voiles sont envoyées avec un peu d’émotion et vogue la galère, aléa jacta est ! Vient un grand bord de près pour bien me dégager de la côte et des multiples casiers de pêcheurs assez particuliers qu’on aperçoit généralement plutôt dans son sillage qu’avant. Je vire 2h après devant les Petites Terres, îles basses, parc naturel protégé et très réglementé. L’autre bord m’envoie par la passe entre la pointe des châteaux (SE Guadeloupe) et l’île de la Désirade. 

 

 

    

 

C’est assez large mais plutôt mal famé, grand lieu de naufrages ! Je prends de la marge et me décontracte seulement une fois passé l’alignement breton entre les deux pointes. Après, c’est la mer libre et elle commence à bien se former avec les fonds qui baissent doucement et régulièrement. Deux bons mètres de creux de l’Est et un vent NE 4 à 5 Beaufort. Je hisse la trinquette qui stabilise la gite et rend plus efficace les deux autres voiles. 4 à 5 nds sous régulateur et je regarde les terres disparaître progressivement dans le sillage... la traversée commence vraiment à la nuit tombée. Pas de lune et plein d’étoiles.

On distingue les lueurs de la Désirade, Grande Terre et Antigua. Quatre sternes noires ont élu domicile pour la nuit sur Danton. 

Voilà que ça recommence et je vais redevenir un navire Porte-Sterne. 

 

 

Elles m’avaient déjà accompagné il y a quelques mois à la remontée de l’Amérique du Sud et accumulé quelques facéties, je m’attends à tout ! La elles ont inventé un nouveau truc, la bascule du panneau solaire !  À quatre posées dessus elles le font basculer car il n’était pas bien bloqué, ça fait dévier le courant d’air dans la girouette du régulateur et , comme par magie, virement de bord ! Grrrr. Je reprends ma route dans le noir avec ma frontale et les maudites un peu mais pas trop car elles doivent me trouver quand même sympa de les transporter gratis et je ne voudrais pas briser une amitié naissante. Je les gronde un peu mais leur autorise juste les filières, le hors-bord et la bouée couronne, c’est tout. Elles sont réglo et me remercient de quelques krâ krâ et autres cacas. Je retourne me coucher. 

 

 

     

 

 

Les jours suivants je poursuis ma route NNE en visant l’arrière d’un anticyclone qui file vers l’Est devant moi. J’essaie d’aller l’enrouler mais il est bien sûr plus rapide, j’avance bien et en route directe. Mon régulateur d’allure n’est plus aussi performant que d’habitude, j’avais perdu la pale immergée d’origine, un petit bijou mis au point par Renhold Michelli et la société Beaufort ayant mis la clé sous la porte. J’ai été obligé d’en refaire une à ma manière sans plan. Elle fonctionne plutôt bien mais n’est pas aussi réactive que l’ancienne.  Je suis obligé de sous-toiler un peu quand ça souffle au vent portant sinon je fais trop d’embardées et ça influe sur ma vitesse et ma sécurité. Vents faibles, c’est un peu pareil mais là je peux mettre mon pilote électrique sans problème.


Et les jours se succèdent avec ce vent de S à SW puis NNE me permettant d’aligner 950 miles en une semaine.  Les meilleurs choses ayant une fin, l’anticyclone devant n’avance plus et une vilaine dépression remonte du sud pour m’envoyer son vent en pleines narines. Virement ! Et c’est la remontée plein nord pour contourner ce barrage avant de devoir risquer de reculer pour ne pas finir aux Canaries.

 

 

Ça remonte bien, 3 à 6 Beaufort et plus avec une mer agitée à forte ainsi qu’une houle, certes longue, mais qui dépasse souvent 3 mètres en déferlant. Ça pioche et mouille pas mal dans le soleil.  Ça ne me garantit plus ces nuits plutôt calmes que j’appréciais.  Shaker assuré, gv 2 ris et trinquette bastaquée, le régulateur encaisse sans broncher.


La température de l’eau redescend doucement, les sternes et autres pailles en queue ont disparu.  Encore quelques sargasses mais je retrouve ces méduses galiotes flottantes comme des jouets gonflables mais plutôt dangereuses typiques de ces eaux anticycloniques.
Le 15 avril je recoupe la route de ma première transat retour de 2020 à 12 jours identiques en temps. J’y croise aussi le voilier italien Stella del Este, monocoque de 15 mètres avec lequel nous conversions un peu par la vhf. Ils vont aussi à Ponta Delgada. Le 16 je suis enfin arrivé en haut de l’anticyclone dans les petits airs et il a fallu pour cela pousser au moteur plus de 10 heures afin de passer l’œil sans vent.  Je peux enfin repartir NE sous voiles avec la promesse d’un vent portant pour les prochains jours, une vraie délivrance ! 

 

 

  

 

 

Ce couloir de vent est mince, une vingtaine de miles environ, mais il est là.  Merci l’iridium et les fichiers météo précis. 
Je découvre aussi un peu d’eau dans les fonds du bateau. Elle est saumâtre et pas très propre, peu salée.  J’essore environ 5 litres à l’éponge et retrouve mes 5 litres manquants dans ma bâche à eau avant, que j’avais trop remplie et qui a du gicler par le haut dans le shaker.  Panipwoblém et ça nettoie aussi ces fonds un peu délaissés ! 


18 avril, baromètre en baisse. En quelques heures les ris descendent puis plus de grand-voile et le génois tangonné qui diminue lui aussi. 4 à 7 beaufort et mer agitée.  Ça dure plus de 48h sous-toilé à cause du régulateur et des embardées. 6 nds pas plus sinon ça part en vrac. Front chaud, front froid puis NNW après une bonne bruine crachinante. Et le ciré est ressorti, le bonnet et la frontale, je commence à me demander, à 35° de latitude Nord, si je ne vais pas attendre un peu quelque part que ça se réchauffe avant de remonter au 47°.

  Enfin ça se calme et le vent de Nord se remet en place en mollissant, la mer se calme aussi et, comme pour me montrer que je suis bien là où je devrais être, la Nature m’envoie une émissaire.  Une magnifique baleine franche prend sa respiration à 20 mètres de moi bâbord arrière.  Son grand souffle me surprend dans sa durée et sa puissance. Au départ j’ai crû à l’oreille à un méga souffle de dauphin mais je vois l’animal qui replonge, un remous énorme en surface. Deuxième respiration à 10 mètres sur le côté ! Elle dépasse très largement la longueur de Danton. J’admire son dos, ses évents en forme de narines et sa tête aplatie. Pas une bernique, on la croirait sortie tout juste d’un méga carénage.  Sa queue en surface est énorme.  Remous impressionnant.  Troisième respiration qui semble plus longue, ce son je ne l’oublierai pas. Vision magique, elle est sur l’avant et replonge. Je suis dans son remous, elle n’apparaît plus. Je reste là, estomaqué et admiratif. Elle semble seule, plus de son de respiration. La mer, l’Océan à perte de vue, mais toute cette vie en dessous !

 

   

 

22 avril. Danton navigue au près bon plein, un petit anticyclone mais assez puissant au-dessus et une dépression active en dessous.  Je fais presque route directe et moralement c’est très bon. La lune s’inscrit dans un cycle plein avec un lever au coucher du soleil et vice versa dans un ciel de cumulus plus ou moins fournis qui donnent des couleurs et des allures fantastiques, grand spectacle assuré deux fois par jour. C’est aussi un moment privilégié pour que les dauphins viennent jouer et m’accompagner un bout de chemin. 

La dépression passant dessous et filant doucement vers l’ouest, l’anticyclone placé dessus reprend doucement ses droits en se renforçant et m’envoie maintenant du vent de Nord Est puis Est Nord Est.

 

Ma route redescend immanquablement.  

Je marche au près et ça n’avance pas très vite. J’avais visé de me caler vers le 38°30’ Nord, juste au-dessus de la latitude de Horta mais ce n’est plus possible.  Je dois tirer des bords contre ce vent, ce qui ralentit bigrement mon avance directe même en faisant 120 miles journaliers sur le fond.  Horta plus possible, car l’anticyclone revient par-dessus. Plus de vent dans les deux jours. Plus bas ça passe encore avec un Nord Est faible à médium. J’opte donc au final pour Ponta Delgada qui était aussi ma vraie destination du départ. 

Ce n’est ensuite plus qu’un très long bord de près bon plein de 400 miles environ qui me maintient sur le 37°40’ Nord. 

 

 

   

 

Pilote, régulateur, 1 ris, 2 ris, rouler, dérouler...c’est un manège incessant de manœuvres dans ce vent irrégulier, instable en direction, avec la menace, si je traîne trop, de me faire rattraper par les calmes du centre anticyclonique qui part vers l’Est aussi. 45 miles au sud de l’île de Pico, plus de vent. C’était bien indiqué sur les prévisions et j’avance au moteur sur plus de 30 miles. Le vent revient ensuite pour les 150 derniers miles.
Je n’ai pas encore parlé des rencontres avec les autres navires mais, tant que j’étais loin des Açores, les navires croisés avaient tous un AIS efficace et ça me permettait de bien gérer et surveiller le risque de collision. Là, à proximité relative de l’archipel açorien, dans les fonds remontants, les gros bateaux de pêche réapparaissent et tous ne sont pas équipés ou ne le mettent pas en route. J’ai uniquement leur signal radar quand ils sont entre 2 à 4 miles maximum suivant la hauteur de la houle. Autant dire très proches de moi, zone à risque assurée d’autant plus qu’ils ne suivent jamais une route stable. Tout ça ne favorise pas le sommeil réparateur, additionné d’une petite bronchite, bref je suis un peu crevé.
 

 
Puis, un beau dimanche matin de fin d’avril, au lever du jour, une île se dessine devant l’étrave. C’est la bonne ! C’est bien pratique ces petits GPS, non ?
Le vent diminue et, voiles moteur a 5 nds, j’approche. Le réseau internet refonctionne, des centaines de messages tombent dans whatsapp et boîte mail, je retrouve la civilisation.
Et j’entre à Ponta Delgada vers 11h30 UTC. Le ponton d’accueil est là, je suis accueilli par la Guarda Nacional, les formalités sont faites en 1/4 d’heure, je me dirige ensuite dans la Marina à l’emplacement H 33 et retrouve Stella del Este juste à côté,  ils sont arrivés hier.
Saint François Guadeloupe - Ponta Delgada Acores en 25 jours et 2857 miles réels pour 2272 au plus court. La route a été longue en durée et en distance mais c’est fait et je ne déplore pas d’avarie. 
Maintenant c’est repos et un peu de tourisme avant de reprendre la dernière partie du retour pour la deuxième quinzaine de mai.


Olivier Guillouet

 

 

   Ponta Delgada, Açores

 

 

Observez la navigation de Danton, représenté par un picto rouge